Vous rêvez de voyages et d’horizons lointains ? Laissez vous tenter par la marine. L’ENSM recrute sur concours des élèves ingénieurs et des élèves officiers chef de quart de la marine marchande. Découvrez ci-après les portraits de Véronique et Joris, diplômés de l’école des passionnés de la mer! 

Véronique Seremes, première pilote maritime antillaise

Après un concours difficile et six mois de stage convaincants, Véronique Seremes a pris officiellement ses fonctions de pilote en 2014.

« C’est un milieu très masculin et très fermé. Mais si on a la passion de la navigation, on peut y trouver sa place. » C’est ce qui est arrivé à Véronique Seremes.
Passionnée depuis son plus jeune âge par la mer, cette Guadeloupéenne d’origine a intégré la station autonome de pilotage de Martinique. Il faut dire que ce n’est pas une novice.
Sur son CV, elle affiche plus de 15 ans d’expérience dans la marine marchande, entre la SNCM, basée à Marseille, qui assure le transport de passagers et de fret avec la Corse, et Genavire, société pour laquelle elle pilotait des bateaux scientifiques qui étudient les fonds marins.
Nouméa, l’Australie, Taïwan, la Chine… les scientifiques lui ont permis de naviguer dans des eaux lointaines.
Forte de ses longues années en mer, une des conditions obligatoires, elle a pu postuler au concours ouvert suite au départ à la retraite de Michel Joseph-Mathurin, président de la station de pilotage locale. Lauréate en début d’année, celle qui est titulaire du plus haut brevet de la marine marchande (capitaine de 1ère classe) a enchaîné avec six mois de stage, et la voilà officiellement pilote maritime, depuis l’âge de 38 ans.
« Les commandants connaissent bien leur bateau, nous connaissons mieux les eaux territoriales, les vents, les courants, les bancs à éviter… Imaginez les conséquences si un pétrolier avait un accident suite à un défaut de navigation. C’est pour ça qu’au-delà de 50 mètres, tout bateau doit faire appel à un pilote maritime pour entrer et sortir d’un port français. »
Véronique Seremes est la seconde femme pilote maritime en France (l’autre est à Rouen), la première aux Antilles.  Depuis sa prise de fonction, c’est une une « nouvelle vie » , plus à terre et plus proche de sa famille: « Ce fut un choix d’embarquer plusieurs mois par an, je ne le regrette pas, aujourd’hui, je suis très heureuse dans mes nouvelles affectations. » 

Le « métier passion » de Joris Oliny

Joris Oliny est officier de marine. Ce jeune Martiniquais de 26 ans a cumulé les expériences sur différents types de bateaux : pétrolier, navire de passagers et de dragage portuaire. Il aspire à être commandant de son navire.

Joris Oliny parcourt le monde aux commandes de gros pétroliers. Ce jeune Martiniquais âgé de 26 ans à passé le concours d’officier de la Marine marchande de première classe. Il a intégré pour trois ans l’École nationale supérieure Maritime du Havre avec des formations de trois à quatre mois sur des bateaux. Le cursus délivre un titre de capitaine de la marine marchande.

À bord d’un navire, Joris Oliny exerce des fonctions d’encadrement, tant sur le pont qu’en salle des machines. Il est responsable de la conduite et de la sécurité du navire. En mer, il assure la conduite du navire. Joris Oliny est passé dans les grands ports européens avec escales à Hambourg, Rotterdam, Zeebrugge, Malte, mais aussi en Arabie saoudite, en Extrême-Orient…

Revoir le reportage de Martinique 1ère